Dimanche, mars 7, 2021
Dimanche, mars 7, 2021

12 heures d’endurance de La Tuque 2008

Qui dit le mot « course », dit qu’un drapeau vert débutera l’épreuve et qu’un drapeau à damiers la clôturera, moyennant un petit quart d’heure d’effort de la part d’un pilote. Cependant, lorsque vient le temps de définir ce qu’est la course des 12 heures d’endurance de La Tuque 2008, nul mot n’est à la hauteur de l’expérience vécue par toute équipe qui décide d’y prendre part. Un pilote et un quad sont loin d’être le minimum requis pour espérer monter sur le podium. C’est ce que plusieurs personnes ont vécu de multiples fois, ou l’ont découvert, s’ils en étaient à leur première participation à la redoutable course d’endurance des 12 Heures de La Tuque des 16, 17 et 18 mai dernier.

En fait, pour nos lecteurs qui ignorent l’existence de cette gran-de course au Québec, les 12 heures d’endurance de La Tuque 2008 se déroulent sur 3 jours. Cependant, dans la plupart des cas, les équipes composées de 3 pilotes, de leurs mécaniciens et accom-pagnateurs, se préparent des mois à l’avance quant à l’entraînement physique des coureurs, à la préparation du VTT, à l’achat d’équipement spécialisé pour la course de type « enduro » et la fameuse manche de nuit. Cette course est incontestablement la plus grande épreuve de l’année.

- Publicité -

Le vendredi, l’organisation accueille les participants, leur fait passer une véri-fication mécanique puis termine la soirée par une présentation des équipes et une parade en plein cœur du centre-ville de La Tuque. Le samedi, c’est le jour J, le début du périple. Il sera parsemé de performances hallucinantes, de blessures, de bris mécaniques, de solida-rité -entre les membres des équipes, d’abandons, de gagnants… Les séances de pratique et de qualification débutent la journée. Parmi les 52 équipes à prendre le départ, Jasmin Plante de l’équipe Ultimate Performance/Yamaha-Toyota #91 a réa-lisé le meilleur temps de qualification en 3:08.024 min. suivi de l’équipe Meunier (Frères Meunier, Lessard) et du Team Refuel (Larochelle, Faucher, Cliche). Du côté de la classe amateur, l’équipe Construction Mario Gélinas se classe première, après avoir réalisé le 19ième meilleur temps au clas-sement général.

Chez les femmes, l’équipe de Motosport 116 Girl Team (Beaudet, Lavallée, Ferland) s’est qualifiée première en réalisant le 9ième meilleur tour au classement général. Après les quali-fications, le décompte des 12 heures commence. Il est divisé en 3 manches de 4 heures entre lesquelles les quads sont conservés dans un parc fermé. La première manche se déroule de 13h00 à 17h00, la deuxième de 21h00 à 1h00am et la dernière, le dimanche de 12h00 à 16h00. La victoire revient à l’équipe ayant réalisé le plus grand nombre de tours en 12 heures de compétition sur le circuit sablonneux Gilles-Brabant de 3,9 km, nouvellement redessiné. Fort heureusement cette année, l’équipe de David Duchesneau et du CAPLT (Corporation des Activités Populaires de La Tuque) a bénéficié d’un week-end presque parfait côté météo. Ce dernier s’est dit très satisfait de la tournure des événements cette année et ravi de n’avoir eu aucune anicroche. De l’autre côté, l’équipe de gestion de course sous-contractante des 12 Heures, CoursesVTT, a confié avoir vécu son plus beau 12 Heures parmi les 7 éditions. Lynda (conjointe de Luc Boucher) a relaté : « On voyait que tout le monde savait ce qu’ils avaient à faire ! Ça a été calme et tout coulait. Les médics n’ont pas bougé beaucoup ! ». Chapeau à cette grande équipe !

Classement général

Professionnels

Le fait le plus marquant cette année a sûrement été de voir l’équipe de Jasmin Plante enfin courser dans la dernière manche du dimanche. Après plusieurs tentatives dans les années passées, l’équipe #91 a terminée pour la première fois les 12 Heures sans abandon. En plus, ils ont réalisé l’exploit en ne montant nulle part ailleurs que sur la glorieuse première marche du podium avec 7 tours d’avance sur leur plus proche rival. Il était sensationnel de voir aller Dany Laflamme, Jean-Philippe Leblanc et Jasmin Plante sur leur Yamaha YFZ450. On aurait dit qu’il n’y avait pas de bosses sur la piste au volant de leur VTT, comparativement à d’autres équipes qui avaient l’air de passer un mauvais quart d’heure au vo-lant de leur monture, sur cette piste de sable dangereusement accidentée ! Du côté de l’équipe #91, la suspension Elka a semblé être à la hauteur, tout comme pour les 2 autres équipes du podium : la #9 Meunier qui a étonnamment terminée en 2ième position avec moins d’une semaine de préparation et la #2 Moto Centre St-Hyacinthe terminant au 3ième rang après un rigoureux entraînement physique. Le podium a échappé de près à l’équipe Refuel de Dave Larochelle, lui qui a réalisé le meilleur tour en piste de tout le week-end, terminant au 4ième rang.

Plusieurs équipes ont été aspirantes au podium cette année mais le facteur mécanique n’a pas voulu coopérer. C’est le cas, par exemple, pour l’équipe de Michel Caplette #237 qui après avoir eu un accrochage en piste avec un autre quad, a vu son moteur « rendre l’âme » alors qu’il a surchauffé, car la réserve de liquide refroidissant avait été abîmée lors de l’incident. Autre fait inusité, cette fois-ci à propos de l’équipe #5 Factory 43/Supermoto Deschaillons qui a dû terminer les 12 heures en franchissant la ligne d’arrivée en poussant leur VTT à la ligne d’arrivée dû à un bris de transmission. Tous ont encouragé Charles-David Deroy, lui qui a dû pousser un véhicule dont les roues ne tournaient plus après avoir tout donné l’énergie qu’il avait durant la course.

Du côté des amateurs, des femmes et des Iron Man

- Publicité -

Les honneurs dans la classe amateur, c’est-à-dire les équipes ne comptant pas de pilote de niveau professionnel, reviennent à l’équipe #727 Wilbrod Racing Team, terminant remarquablement au 11ième rang du classement général, suivis de l’équipe #63 Team Tork et de l’équipe #33 Construction Mario Gélinas. Du côté féminin, les honneurs ont été remportés par l’équipe #17 Kawasaki Rimcourse Girls terminant au 30ième rang au général, après avoir réa-lisé un parcours presque parfait ! En deuxième place se glisse l’équipe #148 Sherides Éthanol Greenfield qui en était à sa première participation aux 12 heures d’endurance. L’équipe avait admirablement remporté la première manche du samedi, mais a eu une mauvaise collision durant la nuit. En troisième se glisse l’équipe Motosport 116 Girl Team, victime d’ennuis électriques dans la première manche. De retour en piste, elles ont réussi a termine au 11ième rang du classement général.

À souligner, la performance hallucinante de Guy DeMontigny Jr qui a ga-gné la catégorie « Iron Man » alors qu’il a réalisé les 12 heures d’endurance de La Tuque 2008 tout seul au volant de son quad. La dernière heure a parti-culièrement été pénible pour lui, car il a terminé la course en pilotant d’une seule main, due à une blessure sérieuse au niveau du pouce. En conclusion, certains pilotes nous ont confié en être à leur dernière participation aux 12 heures de La Tuque, tel Marc Verrette qui dit « ne pas savoir pourquoi il fait encore cette course-là » ! Seront-ils des Dominique Michel de la course en Quad comme Andréanne Ferland cette année ? Andréanne qui avait pris sa supposée retraite l’an dernier et qui est revenue cette année ! À tous ceux-là, nous les saluons et je vous dis à tous : « À l’an prochain !

- Publicité -
Alain Assadhttps://lemondeduvtt-quadnet.raven-media.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Découvrez d'autres articles

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!