– PUBLICITÉ –

2008 CF Moto Moose Tracker 500 Essai

2008 CF Moto Moose Tracker 500 Essai

– PUBLICITÉ –

Table des matières

Je dois admettre qu’à première vue le 2008 CF Moto Moose Tracker 500 (construit par la firme ChunFeng Holding Group Co Ltd. en Chine) semblait prêt à affronter tout ce qu’on pouvait lui faire subir. Des pneus aux cannelures agressives, une allure de camionnette et le treuil inclus donnaient une allure de dur à ce quad. Il va de soi, avec un tel nom, de penser que ce quad a été créé spécifiquement pour mener un chasseur vers sa proie. Imaginez les genres de défis qui se présentent pendant que vous chassez l’orignal? Attention de ne pas appuyer accidentellement sur le klaxon! (N’utilisez pas les feux de direction non plus, les animaux vous verront et vous entendront à des kilomètres à la ronde).J’ai enfourché cette bête de travail et j’ai bien aimé la disposition des éléments. La position du conducteur était acceptable. Je ne peux en dire de même pour le siège du passager. L’appuiedos est trop loin en arrière et beaucoup trop frêle. Le treuil était un ajout bienvenu, mais ne fonctionnait pas! Je ne sais pas si j’ai bien compris pourquoi ce quad était équipé de feux de direction? Le bouton qui les contrôle peut être confondu avec celui de l’interrupteur, très important, du moteur. Pourquoi donc est-il coloré ainsi?! Il était rouge et son action se faisait d’un côté à l’autre. Le bouton orange d’interruption du moteur était tout petit, juste en dessous.

J’ai appuyé sur le bouton d’allumage, puis sur l’accélérateur, pour avoir une idée du rugissement de son moteur. Holà petit Tracker! Bonne chose de l’avoir laissé au neutre! L’accélérateur était bloqué! Rapidement je l’ai retiré. Le support du levier de frein n’était pas suffisamment serré et penché vers le bas pour venir en contact direct avec le bras par roulement de l’accélérateur, alors en plus de bloquer l’accélérateur, le frein avant était aussi coincé. Je soupçonne que le concessionnaire n’a pas effectué une inspection très convenable.Alors je l’ai sorti pour une randonnée dans des conditions de piste très mouillées de début de printemps. Quel effort à déployer pour conduire! Il m’est rapidement sauté aux yeux que la suspension avant était beaucoup trop molle comparée à l’arrière. Les amortisseurs auraient dû être ajustés au réglage cinq, le plus élevé, et les amortisseurs à l’arrière gauche au second réglage pour équilibrer le quad. Ce qui fait que le véhicule était porté vers le tonneau. Rendre l’amortissement plus ferme en avant est incontournable avant de rentrer en piste. Sur le Moose, impossible de freiner et de tourner en même temps, même en appliquant les freins arrière seulement. La roue arrière avait tendance à décoller de terre et la roue opposée à l’avant s’affaissait beaucoup trop bas. Juste en conduite ordinaire, la fixation du siège et un des repose-pieds se sont brisés. Le plastique du carénage de ce quad est beaucoup trop rigide, nous en avons fendu, juste à le regarder! Soyez avertis, un incident mineur sur ce quad pourrait vous valoir une facture salée.

L’apport en puissance du moteur CF Moto de 493 cm3, refroidi au liquide est tout juste suffisant, mais nous pensons que cela est un atout et qu’il devrait en être ainsi avec tous les VTT biplaces. Nous avons apprécié la torsion (torque) à bas régime et la traction efficace des pneus. Si vous avez à le comparer aux quads de la concurrence, gardez en tête que les 400 cm3 des autres fabricants seront plus puissants que ce 500 cm3. Pensezy au moment de comparer les prix. (Le prix de vente suggéré par le manufacturier est de 7499$). À force de le monter, nous l’avons classé comme une bête de travail beaucoup plus qu’un hors piste biplace. Une bonne capacité de charge, de 50 kg sur le porte-bagages avant et de 75 kg à l’arrière en faisait encore plus une bête de travail. Pas de problème avec la transmission à variation continue (CVT) et de même avec le sélecteur de vitesse. Engager les quatre roues motrices était aussi rapide et simple. En sentier ce quad manque de confort et de maniabilité et pour ce, il fatigue assez vite. Ah oui, ses roues en alliage léger avaient vraiment fière allure, mais les enjoliveurs en plastique au centre de chacune avaient disparus à la fin de notre première randonnée.

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

– PUBLICITÉ –

Alain Assad

Alain Assad

Journaliste Sport Motorisé Hors Route
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

– PUBLICITÉ –

NOS DERNIÈRES VIDÉOS

– PUBLICITÉ –

– INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE –

Soyez les premiers informés des dernières actualités, événements et offres.

– PUBLICITÉ –