Jeudi, janvier 14, 2021
Jeudi, janvier 14, 2021

2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i Essai

Aujourd’hui, la clientèle du VTT est très favorisée. Il y a moins d’une décennie, les gammes offertes par chaque fabricant de VTT étaient limitées et la technologie était souvent ce qui restait des années 70. Heureusement, ces jours sont passés et aujourd’hui bien plus de quads de grande qualité sont offerts sur le marché, et la technologie appliquée sur plusieurs modèles quads dépasse souvent celle offerte par leurs cousines, les motos. Cependant, alors qu’il y a autant de bons quads à choisir, il peut nous arriver de laisser passer un modèle qui mériterait pourtant qu’on s’y attarde et qu’on y consacre un peu plus de temps sur la piste. Récemment, nous avons eu l’opportunité de conduire un 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i pour la première fois et grâce aux changements apportés par les gens de Kawasaki à leur modèle vedette, celui-ci donne l’impression d’un quad entièrement nouveau. Ce n’est pas que le modèle de l’an dernier du Brute Force avait des lacunes, mais ces améliorations poussent le concept à un tout nouveau niveau. Durant ces dernières années, la plupart des fabricants ont commencé à -donner des noms très symboliques à leurs différents véhicules. Certains se sont tournés vers les oiseaux, les ours, la royauté, l’homme de plein air et à peu près tout ce que les gens en publicité pouvaient concocter, mais nuls ne sont plus habilement nommés que ceux de la gamme Brute Force de -Kawasaki. Quand c’est le temps de la puissance à bas régime, ils l’ont, et les gens de Kawasaki veulent que tout le monde le sache. Plusieurs années -passées dans une gamme peuvent donner l’allure de vieillesse à un véhicule. Cependant, comme dans une autre technologie, ces modèles doivent être mis à jour ou ils tomberont dans l’oubli. Kawasaki ne nous a pas déçu.

Châssis et carrosserie

Le châssis du 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i est issu d’un design traditionnel d’acier tubulaire, avec bras triangulaires en A doubles à l’avant et une suspension indépendante à l’arrière (IRS : Independant Rear Suspension) munie d’une autre paire de bras en A. Cette fois, elle est équipée d’une barre stabilisatrice pour ai-der à contrô-ler la tendance à tomber sur le côté. Des ressorts à double action se trouvent aux deux extrémités du véhicule. Les deux ensembles d’amortisseurs offrent une possibilité d’ajustement li-mité et le débattement de la suspension est listé à 17,02 cm/6,8 pouces à l’avant et à 20,06 cm/7,9 pouces à l’arrière. On trouve des freins à disques aux deux extrémités du Brute Force, mais le système de freinage arrière est encastré dans le différentiel et, selon notre expérience, cette installation est virtuellement indestructible. Un avantage secondaire du système de freins arrières recouvert est le centrage du poids dans le châssis et il n’y a pas de rotors, de moyeux, de coussinets ou d’autres composantes à traîner dans la boue et pour nuire au débattement. Ne vous attendez pas à devoir utili-ser les freins souvent, à moins que vous n’ayez à vraiment traîner un bon poids, puisque le contrôle de frei-nage par le moteur hautement efficace de -Kawasaki portera suffisamment assistance dans la plupart des situations. Nous aimons sa façon de nous ra-lentir sans être trop brusque lorsque l’accélérateur est relâché rapidement.

- Publicité -

Kawasaki a réalisé que la plupart des conducteurs vont utiliser leur 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i à la fois pour le travail et les loisirs, et avec la puissance produite par le moteur bi-cylindré en V, le Brute Force ne se défilera jamais devant n’importe quelle charge de travail. On a même installé un conduit pour faciliter l’installation du treuil (winch). À l’arrière se situe une attache de remorquage pouvant tirer 566,9 kg (1 250 lb) qui devrait suffire pour la plupart des tâches. Nous attachons beaucoup de matériel sur les porte-bagages de la plupart des quads utilitaires et le Kawasaki en offre amplement pour vos besoins. Ils ont été retravaillés en 2008. L’une des caractéristiques les plus importantes, pour nous, est la capacité de rangement à bord, et la nouvelle Brute Force est maintenant équipée d’une boîte de rangement étanche additionnelle, placée sur l’aile avant gauche. Elle s’est avérée fort pratique pour ranger des petits articles importants tel que notre portefeuille, des clés, ou autres.

Les gens de Kawasaki ont consacré beaucoup de temps à perfectionner la suspension du Brute Force, essayant d’améliorer le confort, et rien n’a été oublié, incluant le siège même ! Le matériel du siège a été changé et le nouveau siège est conçu pour être doux et confor-table, mais lorsque le « quadiste » s’y enfonce à cause des bosses, il se raffermit pour offrir du support et empêcher de co-gner le fond. Il est incroyablement confor-table ! Une autre des plus re-marquables améliorations apportées au Brute Force est re-lative aux roues. Les roues de 30,4 cm/12 pouces ont un nouveau design de « lèvre ourlée » pour une meilleure résistance et une plus belle allure avec un fini hautement poli. Elles procurent une garde au sol d’un peu moins de 25,4 cm (10 pouces) au quad. À l’avant du Brute Force, on trouve un nouveau pare-choc et une nouvelle carrosserie avec d’efficaces phares à quatre ampoules, des prises de mains améliorées pour les rares fois que vous aurez à déplacer l’avant du quad ma-nuellement ou pour des petits déplacements dans le garage. C’en est assez de la carrosserie, c’est le temps de jeter un coup d’œil au moteur.

Injection électronique et magie du moteur

Au cœur du 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i se trouve un moteur à deux cylindres en V de 749 cm3 à quatre temps, à 90 degrés. Munie de quatre valves par cylindre, la configuration en V bi-cylindrée a été le pilier de la gamme Brute Force depuis le début. Une des meilleures nouvelles ca-ractéristiques pour 2008 est le passage du carburateur traditionnel à l’injection électronique d’essence. Une facilité de démarrage en toutes conditions climatiques, une vitesse améliorée, une combustion plus propre, une éli-mination du besoin de changer les jets du carburateur pour palier aux changements d’altitude et un apport nerveux de la puissance, voilà les avantages de l’injection électronique. Nous sommes convaincus de l’efficacité de l’injection électronique et c’est un énorme avantage pour tous les usagers. Nous apprécions surtout le fait que les gens de l’équipe de design de -Kawasaki aient choisi de pla-cer la pompe à l’intérieur du réservoir, ce qui la garde au frais et la protège, loin du danger. Parce que le Brute Force est un deux cylindres en V, les cylindres -plaqués par électro-fusion sont mus par une paire de corps de papillons de 36 mm, pour que l’action de l’ac-célérateur soit légère et facile pour le pouce. L’ensemble d’accélération et les ajustements aux ressorts ont aussi été retravaillés. L’alimentation du système à air commence par un filtre en mousse -situé près de l’endroit où l’on trouve -habituellement le réservoir à essence. L’avantage étant que cet air est propre et que l’alimentation n’est virtuellement pas obstruée. L’accès au filtre est facile. Le fait d’avoir placé le réservoir à essence de 18,9 litres/5 gallons sous le siège, abaisse d’une manière drastique le centre de gravité, ce qui contribue à la maniabilité. Un réservoir plus grand est offert en option. Jumelée au moteur est une transmission à variation conti-nue (CVT : Continuously Variable Transmission) avec haute et basse vitesses, marche arrière et neutre.

Le conducteur n’a qu’à choisir une vitesse en actionnant le petit levier placé juste devant le genou droit et le glisser en place ! Pour passer aux quatre roues motrices, on actionne un interrupteur à bascule sur le guidon droit, et on peut même lire sur l’afficheur, monté au centre, le mode 4wd (4 roues motrices). Quand les -condi-tions deviennent collantes, boueu-ses et qu’une traction maxi-male est nécessaire, le -Kawasaki est muni à l’avant d’un système de barrure du différentiel, et le fait d’actionner un petit levier sur le guidon gauche, l’engagera pour procurer une torsion égale aux deux roues avant, permettant au Brute Force de démontrer les capacités qui lui ont mérité son nom. Un élément de fierté de Kawasaki : les joints à Cardan à chaque roue utilisés dans le système de conduite. Les joints à Cardan ont la capacité de tourner une tige dans le sens de la longueur (comme un joint universel), et permettent des changements dans l’alignement de la géométrie de la suspension, contrairement aux joints universels qui peuvent même nuire à l’efficacité de la suspension. Le résultat est, qu’on peut utiliser une tige au diamètre réduit pour moins de poids et moins de vibration. Bon alors, c’est le temps de rouler!

Faites-le démarrer!

Il est complètement confortable de monter à bord du Brute Force et tous les contrôles sont faciles à rejoindre. L’affichage numérique se lit bien et offre de l’information essentielle telle que la vitesse, le niveau d’essence, la distance parcourue, etc., et juste en haut de l’affichage sont situés plusieurs témoins d’alerte pour signaler toutes si-tuations critiques. Nous aimons le court levier d’embrayage, il a toujours très bien fonctionné pour nous, grâce à un engagement positif à chaque vitesse il était facile de passer de marche avant à marche arrière. Un élément important lorsqu’on a à travailler avec des accessoires tel un rabot de déneigement. Se mettre en train n’est pas un problème et le Brute Force démarre ins-tantanément grâce à l’injection électronique, et une fois démarré, le moteur a un son comme nul autre. Le moteur à deux cylindres en V émet un grondement guttural qui est bien retenu à bas régime, mais si vous appuyez fermement sur l’accélérateur, il donne un grognement d’avertissement qui ne sera jamais confon-du avec celui d’un autre VTT, et il est plaisant de voir les têtes tourner à son passage. Une des premières choses que vous remarquerez à bord du 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i est que la conduite est très légère. En effet, elle est presque aussi facile que la direction assistée du Grizzly de Yamaha.

- Publicité -

En test, nous avons roulé longtemps en mode 4 roues motrices, et l’effort requis pour manœuvrer le guidon et la réaction venant des roues, n’était pas différent qu’en mode deux roues motrices, ce qui rendait le Brute Force facile à condui-re toute la journée sans avoir à éprouver de la fatigue aux bras. Nous avons passé une bonne partie de la journée à serpenter entre les arbres rapprochés, style slalom et le Brute Force s’en est très bien tiré. La puissance en sortie de virage est excellente et nous fait énormément pen-ser à un VTT à grosse cylindrée avec une torsion (torque) incroyable qui peut faire lever les roues avant à souhait. En fait, le seul autre VTT utilitaire qui puisse rivali-ser avec le Brute en torque instantané est le Can-Am 800. Une ca-ractéristique qui fait de ce modèle 2008 un tout nouveau véhicule. Sa différence avec les modèles précédents est sa taille globale. La hauteur du siège a été effectivement réduite d’un peu plus de 1,27 cm/0,5 pouces et il est aussi plus étroit de 1,27 cm/0,5 pou-ces que les modèles précédents, et c’est certainement une différence qu’on peut sentir. Grâce à son centre de gravité rabaissé, sa conduite légère et sa puissance explosive, le 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i serpente entre les arbres avec aise. Quel plaisir à conduire ! Il y a certaines améliorations à apporter au Brute Force, la première concernant l’emplacement des repose-pieds.

Le Brute Force 750 de 2008 a été doté de repose-pieds améliorés, mais il serait souhaitable qu’ils soient situés plus à l’arrière. En position assise sur le quad, lorsque vous placez vos pieds sur les repose-pieds, ceux-ci se retrouvent trop à l’avant. En position debout, pour affronter une section plus ardue, votre poids sera donc trop porté vers l’avant. Nous aimerions voir les repose-pieds reculés et relevés légèrement pour favori-ser un meilleur encrage des pieds. Un autre point remarqué est que le train arrière du Brute Force a tendance à déra-per lorsqu’on le pousse un peu dans les suites de bosses. À la plupart des vites-ses il peut très bien négocier les bosses, mais en conduite agressive, que ce moteur encourage, cela peut devenir un peu fou quand le train arrière tente de dépasser le train avant. En effet, il est difficile de considérer le Brute Force 750 4x4i en tant que quad utilitaire seulement, car il possède la puissance de courir avec les quads sport et la maniabilité pour courir agressivement, toute la journée.

Une nouvelle force

Le 2009 Kawasaki Brute Force 750 4x4i est impressionnant. La puissance surgit comme sur un quad sport à grand alé-sage, l’injection électronique fait ronronner le moteur parfaitement, et la taille sensiblement réduite en hauteur et en largeur donne une impression d’agilité accrue pour tracer son chemin entre les arbres. C’est un quad utilitaire qui a la capacité de travailler toute la journée comme une mule tout en étant aussi un plaisir à conduire de façon sporti-ve et ce sans trop se salir. En autant que vous faite preuve de prudence dans les séries de bosses, il peut être monté comme un quad sport, en compagnie de vos amis le week-end. Nous l’aimons… Nous l’aimons beaucoup !

- Publicité -
Alain Assadhttps://lemondeduvtt-quadnet.raven-media.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Découvrez d'autres articles

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!