Mercredi, février 24, 2021
Mercredi, février 24, 2021

2010 Honda Big Red Essai

Le fait que mon Big Red soit encore bon et prêt à accomplir de petites tâches à un moment d’avis en dit long sur le talent des gens de Honda à produire quelques-uns des véhicules les plus fiables et les plus résistants sur la planète. Mon Big Red n’est plus joli en rouge aujourd’hui; c’est une version à trois roues 1987 qui a depuis été repeint en une tentative de camouflage. Au temps reculé où il était de couleur rouge brillant, c’était l’époque où l’on songeait à miser sur les capacités utilitaires du VTT et il s’est avéré directement responsable du succès toujours croissant de ce segment particulièrement populaire du grand monde du VTT, dans ce marché encore en expansion. Eh bien! le Big Red est de retour! Plus gros et plus orienté vers l’utilitaire que jamais, mais cette fois sous la forme du premier véhicule côte à côte de Honda.

Depuis que les gens de Yamaha ont sorti leur populaire côte à côte Rhino « Side X Side » , ce nouveau type de format de quad a profité d’un succès considérable. Visant principalement les applications orientées vers le travail, on suggérait que l’on pouvait aussi s’en servir pour les loisirs dans une expérience de joie simple, partagée sur les sentiers. Comme dans le cas de ses cousins les VTT réguliers, ces véhicules sont extrêmement adaptables à des applications spécifiques et les possibilités de leur utilisation sont sans fin! Les gens de Arctic Cat, Polaris, Kawasaki, Kymco et d’autres ont depuis emboîté le pas et, chanceux que nous sommes, la compétition grandissante dans ce segment l’a poussé de l’avant par grands sauts avec plus de choix, des modèles plus sport, ou des véhicules plus excentriques, et maintenant avec cette excellente addition venant d’une entreprise de confiance, ayant fait ses preuves dans le temps, du nom de Honda.

- Publicité -

Pendant que tous s’empressent d’impressionner avec des ajouts à leurs versions de ce que devrait être un côte à côte, ce modèle contribue une nouvelle approche à toute l’expérience du véhicule utilitaire UTV. Le fait que les gens de Honda nomment leur modèle un MUV, ou véhicule à usages multiples, cherche sûrement à le démarquer encore davantage. Son allure est de base, mais il est très avancé en mécanique. L’expérience de fabrication dans le domaine automobile des gens de Honda a sûrement été un grand avantage, dont ils pouvaient et ont profité, ce qui est rapidement devenu apparent lors de ma première randonnée à bord du 2010 Honda Big Red.

Quel est son comportement en conduite?

La transmission est la première différence, par rapport aux autres véhicules : elle a le même fonctionnement et la même sensation que votre véhicule automobile de tous les jours. Le passage des vitesses est doux et très net. La transmission utilise un convertisseur hydraulique de couple et trois embrayages hydrauliques, contrôlés par un module de contrôle électronique ECM / Electronic Control Module) qui sélectionne automatiquement l’une des trois vitesses de marche-avant ou la marche arrière. Ce module ECM règle la vitesse du véhicule, l’ouverture du papillon des gaz, les tours/minute du moteur, la position du sélecteur de vitesse, l’application des freins et la température de l’huile du moteur et s’engage électroniquement à la position correcte en accord avec ses lectures instantanées.

Son attrait véritable est qu’il ne requiert aucun entretien puisqu’il n’y a pas de courroies à user ou remplacer et qu’il comporte un système de filtration protégeant de la contamination externe. Il utilise de l’huile de moteur, filtrée à multiples reprises, comme fluide hydraulique. Ce système procure non seulement un frein moteur positif, mais réduit significativement les besoins d’entretien, comparé à une transmission à variation continue CVT / Continuously Variable Transmission. Le sélecteur de vitesses sur le tableau de bord fonctionne bien et c’est une bonne idée de garder l’autre manette à côté de celui-ci en mode 2RM sauve pelouse pour minimiser le dommage au sol, en 4RM avec roues arrières verrouillées et roues avant libres, ou en mode verrouillage de toutes les roues quand les conditions de roulement deviennent plus ardues.

Il me fallait absolument trouver le point de bascule sur ce véhicule. C’est devenu une habitude pour moi de sentir la réaction des côte à côtes aux virages abruptes, testant leur comportement en décrivant des cercles serrés sur une surface molle d’herbe ou dans du sable ou de la terre meuble, et progressant en vitesse jusqu’à ce que la levée des roues se fasse sentir ou soit remarquée par mes amis spectateurs. Jusqu’à maintenant, la meilleure performance a été celle du Polaris RZR-S. Sa largeur est de 152 cm (60″), acquise par l’utilisation de bras plus longs et d’un système de suspension plus performant que sur le modèle RZR de base. Bien sûr, je ne pouvais pas simplement écraser l’accélérateur du Polaris, puisqu’il se serait mis à faire des tête-à-queue et à projeter de la poussière partout. Alors, il me fallait accélérer graduellement avec celui-là et il n’a pas été long avant que la roue arrière ne lève. Basculer ce 2010 Honda Big Red aurait sûrement été une possibilité, mais il aurait fallu vraiment y mettre l’effort.

Alors je me trouvais là, sentant que le poids de mon corps se situait à une position beaucoup plus élevée à bord du Big Red et m’attendant véritablement à ce que le mouvement de bascule soit facile à initier. De façon assez bizarre, je me suis retrouvé étourdi avant de pouvoir y parvenir. Un facteur important à mentionner est que j’opérais en mode 2RM et que le risque de tonneau est toujours plus grand lorsque en mode 4RM, où les roues avant exercent beaucoup plus de mordant. J’étais là, pédale au fond, braquant le volant au max et rien ne se produisait. Seule ma précieuse personne qui commençait à craquer et qui se sentait tout à fait ridicule à continuellement tournoyer. Si j’avais tenté la même manœuvre à bord de tout autre UTV, j’aurais sûrement réussi le tonneau. La largeur de 162,5 cm (64″) du 2010 Honda Big Red et l’excellente centralisation de la masse gardaient le 2010 Honda Big Red  solidement planté au sol, même lorsque je tentais le même test en tournant vers la droite, avec le poids de mon corps vers l’extérieur. Pour répondre à la question, le Big Red se conduit extrêmement bien et il est facile à diriger dans des conditions de sentier qui vont de faciles à moyennes. Il ne brille pas autant dans des conditions extrêmes et il est beaucoup plus difficile à conduire en mode 4RM.

Comment travaille-t-il?

- Publicité -

Lever la benne basculante est aussi facile que d’avoir accès au filtre à air pour l’entretien, filtre qu’on aperçoit dès que la benne est levée. Il y a une poignée à auto-verrouillage de chaque côté de la benne et mes bras étaient assez longs pour actionner celle du côté du conducteur à partir de ma position assise. Dans mon cas, un mouvement sans effort vers le haut était suffisant, malgré la charge d’environ 15 billots de bonne taille, les arbres hydrauliques aidant à soulever la benne. Le Big Red est un véhicule très puissant et d’en voir un équipé d’une monstrueuse charrue à l’avant, au dernier Salon du VTT était un témoignage de la confiance que certains peuvent porter à ce véhicule pour affronter tous les abus d’un environnement de travail. Il est équipé d’une barre d’attelage à usage robuste de 5 cm (2 « ) et procure une capacité de remorquage de 544 kg (1200 lb).

Il vous emmènera jusqu’à votre lieu de pêche secret ou transportera facilement votre gros trophée de chasse hors des bois, mais il ne possède pas de grandes capacités de conquête de terrain. Sa largeur de 162,5 cm (64 ») fait que le fond se frotte souvent aux roches, aux souches ou aux billots jonchant le sol. Les arbres de suspension à l’arrière profiteraient d’une protection accrue, je les ai entendus se faire malmener à quelques reprises. Ce véhicule brille véritablement plus que les autres en stabilité, mais ceci signifie qu’il est moins apte que plusieurs autres véhicules dans des endroits plus exigus et plus exigeants.

Pour répondre à la question, le Big Red est un outil de travail extrêmement efficace. C’est le but de son existence.

Comment est la conduite?

Le Big Red possède un habitacle très spacieux et le volant, les pédales à gaz et de freins ainsi que le sélecteur de vitesses monté sur le tableau de bord se présentent tous bien de façon ergonomique correcte. Les porte-gobelets sont malheureusement peu profonds et ne sont utiles qu’à l’arrêt. Malgré ma stature importante, tout était confortable exception faite des ceintures de sécurité de style automobile à trois points d’attache qui semblaient devenir trop sensibles quand la conduite devenait plus rude. Ce véhicule est en évidence prédestiné au calme, et quand le conducteur tente de petites folies, le limiteur de révolutions s’engage rapidement. Il ne vous laissera tout simplement pas dépasser la vitesse maximale prévue d’approximativement 60 km/h (37 m/h). Il ne procure pas de frissons, mais nous avons tout à fait apprécié chaque moment passé à bord. La suspension n’est pas la plus confortable que j’aie expérimentée, mais elle accomplit bien le travail.

La stabilité dans les virages était évidemment un élément important à l’équipe d’ingénieurs travaillant à ce projet plein de défi. Cette stabilité a été brillamment atteinte, grâce à une bonne centralisation de la masse et à une largeur de 162,5 cm (64″) qui n’est peut-être pas idéale pour des conditions de terrain extrêmes, mais les bons pneus et l’ample couple à bas régime venant du gros mono-cylindre signifient que ce véhicule peut encore conquérir tout ce que vous pouvez lui servir. Sa taille n’est pas pratique pour son transport, puisqu’il n’entre pas dans l’arrière d’une camionnette, mais le prix à payer est minime comparé à la stabilité qu’il procure.

C’est une machine dont les caractéristiques de performance imposent, en un sens, la conduite sécuritaire. Par exemple, une forte poussée sur l’accélérateur n’enverra pas glisser le train arrière. Les gestes agressifs au volant semblent amortis par un système extrêmement bien conçu qui donne l’impression de la conduite assistée en mode 2RM, mais qui devient radicalement plus lourd en mode 4RM. Même le fait de tirer sur le frein de stationnement à main, placé juste là où il devrait être, entre les deux sièges, ne verrouillera pas seulement les roues arrière pour entraîner une petite glissade inoffensive, mais les quatre freins à disques freineront complètement le véhicule dans ses traces. Même si une fuite affecte votre système hydraulique de freinage, votre Big Red freinera quand même, grâce à un système hydraulique qui est partagé en deux lignes de freins distinctes. Ce design à deux circuits de style automobile assure qu’une roue avant et une roue arrière freineront, dans l’éventualité d’une panne hydraulique. Et en dernier lieu, et non le moindre, votre passager et vous-même serez bien protégés, grâce à des portes en composite de plastique et des filets latéraux, qui sont de série sur le Big Red. C’est dommage que d’autres véhicules du genre n’en soient pas équipés.

Les gens de Honda ont adopté une position noble en offrant le côte à côte ,de loin le plus sécuritaire à date, mais en cours de route ils ont abouti avec un véhicule qui peut être très attrayant aux gens ayant besoin d’un outil de travail fiable, mais qui ne possède pas le côté excitant recherché par les usagers de type récréatif. J’espère qu’ils essaieront d’utiliser cette excellente approche de centralisation de la masse et de largeur appropriée pour construire une version plus sportive de ce MUV. Vous souvenez-vous des modèles Honda Odyssey 250 et 350? Ne serait-ce pas là un autre nom cool à faire revivre?

- Publicité -
Alain Assadhttps://lemondeduvtt-quadnet.raven-media.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Découvrez d'autres articles

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!