Mardi, février 23, 2021
Mardi, février 23, 2021

Yamaha Rhino 700 2008 Essai

Yamaha présente une version améliorée de son populaire Rhino. le 2008 Yamaha Rhino 700 Vous n’aurez aucune difficulté à trouver un véhicule côte à côte par les temps qui courent chez nos voisins du sud. Aussi nommés RUV, (VUR en français) On les retrouve dans les camps de chasse, dans les lieux de randonnée, dans les réseaux de sentiers et tous les autres endroits au pays où les VTT ont traditionnellement roulés. On coursent aussi bien sûr avec, et plusieurs autres compagnies offrant des améliorations se réjouissent d’avoir peine à fournir la demande. Le V.U.R. (Véhicule Utilitaire Récréatif) connait un succès phénoménal aux Étatsunis. SA popularité tient en partie du fait que certains conducteurs ne sont pas confortables à bord d’un VTT, ils veulent un véhicule qui est plus facile à manœuvrer et qui peut accommoder un passager ou deux, ou ils ont simplement besoin de pouvoir profiter de la capacité de transport d’une benne et ils veulent aussi mettre à profit les capacités de travail qu’offre le côte à côte.

Au Québec par contre, on est réticent de laisser à ce nouveau type de VTT l’accès aux sentiers en grande partie à cause de leurs poids et grosseur. L’idée d’accident entre ce type de véhicule et un quad ordinaire fait certes peur. Les manufacturiers qui se sont lancés tôt dans la course tels que Polaris, Arctic Cat et Yamaha ont été bien récompensés pour leur anticipation et, au moment où plusieurs compétiteurs se joignent à la course, presque chaque manufacturier doit se battre pour sa part de marché, tâchant de se tailler une niche bien à lui. Sûrement que le succès de ce format de quad aura des répercussions en faveur de son utilisation ici un jour. Déjà, la série « Courses VTT » parle d’ajouter cette classe cette été. Le marché du côteàcôte a évolué rapidement au cours des dernières saisons et, alors que certains constructeurs se sont concentrés sur l’aspect plus traditionnel de capacité de travail, d’autres ont mis l’accent sur la performance. Les gens chez Yamaha ont fait ce choix. Bien qu’ils reconnaissent la capacité de travail de leur Rhino extrêmement populaire, ils sont très fiers de son côté sportif et, fidèles à euxmêmes, les membres de la Blue Crew (l’Équipe en bleu) n’ont jamais eu peur de l’innovation. Ils ont été les premiers à offrir un véhicule motocross avec moteur de série à 4 temps hautement compétitif, les premiers à offrir une multitude de VTT à caractère unique comme le Banshee, le Raptor 660 et 700, le premier véritable quad de course de série, le YFZ 450, le premier doté d’une direction assistée, le Grizzly 700 et la liste se poursuit. Simplement, c’est dans leur nature d’emprunter un sentier différent et le Rhino s’est joint à la famille Yamaha de la même façon. Aucun produit ne peut durer sans évoluer et le Rhino était mûr pour quelques changements. Manœuvrabilité améliorée, réduction du bruit et de la vibration et amélioration du confort du conducteur et du passager étaient les objectifs visés pour le 2008 Yamaha Rhino 700. Nous en avons mis un à l’épreuve récemment.

BOUCLEZ VOTRE CEINTURE !

- Publicité -

Qu’il s’agisse d’une moto, d’un VTT ou d’un Rhino, avant même de démarrer, chacun monte à bord et vérifie les contrôles. La première chose que la plupart des gens vont remarquer, c’est l’ajout de portières ! Les gens de Yamaha étaient d’avis qu’il était temps d’équiper le Rhino de portières, et ce, pour plusieurs raisons. Voyons la réalité en face, le Rhino est un véhicule de performance et, même s’il passe ses journées à poursuivre les vaches sur la ferme, le plaisir incomparable de le conduire gagnera la majorité des gens tôt ou tard, et ils vont se faire accroire que c’est un buggy Baja. Nous ne les blâmons pas. Le Rhino est une vraie bombe à conduire, et nous l’avons poussé à travers les bois et les dunes, mais on doit aussi le respecter. Le problème est que quelques individus ont surestimé leurs capacités en conduite et ont réussi à se créer des embêtements. De façon instinctive, certains ont sorti la jambe, ce qui est une grosse erreur sur un côteàcôte. Les portières ont été conçues pour empêcher ce geste imprudent : elles se ferment et se bloquent de façon sécuritaire. Les nouvelles portières protègent très bien des éclaboussures et, bien que techniquement elles ne scellent pas l’habitacle, elles protègent beaucoup mieux contre l’eau et la boue projetées. Elles remplissent bien ces deux tâches. Une fois à bord du Rhino, la ceinture bien bouclée, le conducteur remarquera un volant différent. Le nouveau volant est de diamètre quelque peu réduit, présente une surface d’adhérence surélevée et une allure beaucoup plus sportive. Le centre du compartiment a été redessiné afin de pouvoir accommoder un nouveau conduit d’admission d’air. On a installé un frein de stationnement semblable à celui des voitures au lieu du court levier présent dans les modèles précédents et, tel que réclamé par plusieurs propriétaires, on a ajouté des porteboissons ! Au centre du tableau de bord se situe un affichage numérique facile à lire, qui semble presque identique à celui qu’on retrouve sur le Grizzly 700. Nous avons parcouru la liste de fonctions et la nouvelle console présente un totalisateur partiel de randonnée, un indicateur de vitesse et un compteur kilométrique, un indicateur du rapport sélectionné, un indicateur du niveau d’essence, une sélection de la conduite à quatre roues motrices (4WD) et à deux roues motrices (2 WD), des feux de direction et même un voltmètre de la batterie. Si votre Rhino nécessite une vérification périodique, la fonction autodiagnostique vous le signalera.

UN NOUVEAU MOTEUR & L’INJECTION ÉLECTRONIQUE

La conception de moteur est une activité onéreuse à laquelle il faut consacrer beaucoup de temps. Par conséquent, lorsqu’une compagnie lance un nouveau moteur, et qu’ensuite celuici a fait ses preuves au fil des ans, elle veut pouvoir utiliser le concept de base afin de récupérer son investissement. Pour ce qui est du Rhino, le vieux moteur 660 avait bien servi, mais un changement s’imposait, et le choix logique était le moteur du Grizzly. Ce qui signifiait l’injection électronique aussi ! Le nouveau moteur du Rhino est maintenant un 686cm3, unicylindré à quatre temps et à simple arbre à cames en tête ; il offre de plus un système de refroidissement au liquide, avec l’apport d’un ventilateur sur commande. La partie supérieure du moteur provient directement du puissant Raptor 700, et ça nous convient parfaitement. Le Raptor 700 est un quad sport remarquable et il ne nous a jamais déçus. La grande efficacité de la partie supérieure du moteur repose, entre autres, sur un système de culbuteurs à rouleaux qui réduit la friction tout en permettant une meilleure performance du moteur. À l’intérieur du cylindre enduit d’une couche d’aluminium spécial se trouve un piston forgé et, tout comme le Grizzly 700, le moteur du Rhino est muni d’un bras de manivelle plus robuste qui procure plus de puissance à chaque bout de la bielle afin de contrebalancer les charges additionnelles imposées aux véhicules utilitaires. La robustesse du bras de manivelle contribue aussi à diminuer la vibration, un autre objectif visé par l’équipe des ingénieurs. Cependant, la meilleure caractéristique du nouveau groupe moteur est le système électronique d’injection d’essence. Ce système offre des performances exceptionnelles à toutes températures et à toutes altitudes, et assure une réponse nerveuse et agréable du moteur sur toute la bande de puissance. Oubliez l’enrichisseur (choke), le système électronique d’injection d’essence n’en requiert pas. En quelques lectures, il mesurera la température de l’air, la pression atmosphérique et les conditions existantes du moteur avant d’alimenter ce moteur avec juste la bonne quantité d’essence par le système à injection électronique Mikuni, corps d’admission de 41 mm, pour maintenir la puissance optimale.

Nous en raffolons !

Les changements apportés au moteur du Rhino ne s’arrêtent pas seulement à un bras de manivelle plus robuste et au système d’injection d’essence, cependant. Puisque le moteur allait déployer plus de puissance, un radiateur plus grand a été inclus et, pour améliorer le refroidissement, un déflecteur assure que l’air circule sur toute la surface du moteur. Un bonus s’ajoute, le déflecteur permet de réduire le bruit du ventilateur, ce qui atteint un autre des objectifs de conception. Des supports de moteur en caoutchouc sont utilisés pour fixer le moteur au châssis, pour isoler de la vibration et réduire le bruit. La plupart des quads côteàcôte sont un peu plus bruyants que leurs cousins VTT pour plusieurs raisons. L’emplacement du moteur, la localisation de la prise d’air et la conception du système d’échappement sont tous des facteurs déterminants; l’importance de la carrosserie et de la benne de chargement représentent aussi une surface de réflexion du son vers le conducteur et son passager. Afin de contenir ce bruit sur le 2008 Yamaha Rhino 700, l’équipe d’ingénieurs a redessiné le conduit de prise d’air, ainsi que le système d’échappement.

Le filtre et le boîtier d’épurateur d’air se trouvent maintenant situés en hauteur sur le devant du véhicule, et l’air filtré est acheminé au moteur à partir de là. L’emplacement du boîtier d’épurateur d’air est facilement accessible, et il est aisé de retirer à la fois le couvercle et le filtre en mousse sans outil. Il n’y a plus de raison de ne pas le nettoyer maintenant! Du côté opposé au moteur, le Rhino est doté d’un tout nouveau système d’échappement en acier inoxydable. L’avantage du nouveau système est non seulement une meilleure protection contre la corrosion, mais une réduction de la vibration et aussi du bruit, ce qui a été accompli grâce à l’utilisation de supports en caoutchouc et d’un nouveau joint coulissant de forme sphérique.

LE TEMPS de la RANDONNÉE

Il y a quelques étapes supplémentaires à considérer avant de prendre la route avec le Rhino. Fermez la portière et bouclez votre ceinture ! Après cela, tenez tout simplement le frein, tournez la clé et le moteur se mettra à tourner aisément, puis passez en haute vitesse, en basse vitesse, ou en marche arrière. Le système de transmission Ultramatic de Yamaha (qui est la version de Yamaha d’un système de type transmission à variabilité continue CVT) performe très bien tout seul. Les gens chez Yamaha sont particulièrement fiers du système de transmission du Rhino, qui comporte maintenant 6 disques et l’embrayage Sprag de Yamaha. L’avantage est que le Sprag ne fonctionne que dans un sens seulement et est conçu pour augmenter le contrôle lors de descentes en permettant au moteur de freiner l’élan pour maîtriser le véhicule. Passer au mode 2 roues motrices (2WD), au mode 4 roues motrices (4WD) et au mode 4 roues motrices à différentiel entièrement bloqué est aussi facile. Il suffit au conducteur d’appuyer sur le bouton placé sur le tableau de bord. Assurezvous bien d’être en position d’arrêt ou presque avant d’engager les roues avant ! Dans des conditions normales d’utilisation, le Rhino peut surmonter la plupart des obstacles en mode 2 roues motrices (2WD). Cependant, lorsque le sentier devient quelque peu glissant ou couvert de neige, appuyez sur le bouton et le mode 4 roues motrices (4WD) sera activé. Si ceci n’est encore pas suffisant, appuyez simplement sur le mode 4 roues motrices à différentiel entièrement bloqué. Audelà de çà, il vous faut un treuil. Nous avons traversé le désert, les dunes et les bois à bord de notre Rhino et, peu importe où nous étions, la seule constante était le plaisir de la conduite, en plus de la facilité déconcertante à terrifier le passager. Pour notre randonnée initiale en Rhino 700, notre choix s’est porté sur une région boisée, aux dénivellations abruptes et couvertes de roches, et des remontées qui testaient à la fois le Rhino et notre audace. Nous avons aussi dû traverser des rivières, emprunter des sentiers rapides dans les exploitations forestières et se frayer un chemin entre les arbres. C’était un excellent test, sous tous les aspects. Le Rhino faisait facilement son chemin autour des arbres, mais la seule différence entre un véhicule côteàcôte et un VTT traditionnel se manifeste au moment de faire demitour. Au lieu de simplement faire le tour de l’arbre comme on le ferait en VTT, le conducteur du véhicule côteàcôte devra reculer et effectuer un virage en 3 points. Il n’est certainement pas recommandé de descendre du véhicule et de tenter de le déplacer à force de bras !

- Publicité -

La traversée des rivières n’a posé aucun problème et le Rhino s’est facilement frayé un chemin sur les roches et les billots glissants, et les nouvelles portières ont permis de limiter le flot d’eau à son minimum. Lorsque le temps des remontées est arrivé, le Rhino était prêt, mais nous n’étions pas certains de l’être. Le réseau de sentiers choisi comportait plusieurs remontées rocheuses abruptes qui serpentaient entre les arbres et des descentes tout aussi pénibles. Nous devions tenter l’aventure et le Rhino s’accrochait au sol, bondissait audelà des racines et des roches et a livré le combat jusqu’au sommet. En réalité, nous éprouvions un grand sens d’accomplissement, mais la réalisation, manifestée par une sensation de flèche dans l’épine dorsale, que la descente serait aussi périlleuse, nous a rapidement calmés. Pour empirer les choses, il était temps de changer de siège et, pour les mordus à vie du VTT, le fait de passer les commandes à un autre conducteur et d’avoir à bien se tenir pour la chevauchée, équivaut à monter sur le dos d’un taureau. Il vous semble que ce n’est qu’une question de temps avant que vous ne soyez projetés dans le décor boueux. Heureusement, les gens de Yamaha avaient mis au point à la fois le système de freinage et les arbres à variation continue du Rhino ’08, et nous avons pleinement apprécié les freins à disques sur toutes les roues. Grâce au freinage effectué par le moteur et la présence de nouveaux freins à disques, nous n’avons éprouvé aucun problème lors de la descente. Nous commencions à réaliser les pleines capacités du Rhino.

NOTRE LISTE DE SOUHAITS

Le Rhino est un véhicule surprenant qui peut parcourir un terrain qu’on n’imaginerait pas accessible à un véhicule utilitaire. Cependant, toujours à la recherche de moyens pour améliorer tout véhicule, il y a quelques éléments qu’on aimerait voir changer sur le Rhino. La prise de main du côté du passager doit être améliorée. Du côté gauche du passager se situe une barre et une prise de main, un peu comme le levier de contrôle à bord d’un hélicoptère, et il n’y a pas de problème du côté gauche.

Cependant, il n’y a pas de prise de main du côté droit et un tel levier serait presque certainement encombrant au moment de monter à bord ou de descendre du véhicule et, pour empirer les choses, encouragerait les passagers à sortir la main quand ça se mettrait à brasser un peu. Une loi primordiale s’applique au véhicule côteàcôte, loi qui est la même que celle à appliquer à Disney World : garder vos mains et vos pieds à l’intérieur du véhicule en tout temps ! La solution des gens de Yamaha concernant l’absence de prise de main à droite a été d’attacher une sangle d’arrimage au levier situé à gauche. Ç’en revient presque au scénario de montage du taureau, mais ce qui est vraiment nécessaire, c’est d’installer une petite prise de main au dessus du coffre à gants. Tel que le châssis est monté actuellement, il n’est pas possible d’y attacher un élément structurel. Il y aurait aussi lieu de changer la prise de main du côté passager dans l’habitacle pour y ajouter une pièce protectrice en caoutchouc. Si la tête d’un passager venait à heurter la solide poignée en métal maintenant en place, ça laisserait sûrement une ecchymose. Nous portons toujours un casque, mais plusieurs usagers du Rhino n’en portent pas ! Du point de vue du conducteur, même si nous aimons bien le nouveau volant, nous aimerions essayer une direction à crémaillère au ratio plus agressif. Telle qu’elle est offerte maintenant, le conducteur doit tourner le volant jusqu’à deux révolutions complètes et demie afin de changer la position des roues avant, de l’extrême gauche à l’extrême droite, ce qui donne une impression de lenteur, comme si les roues ne suivaient pas le mouvement du volant. Un rapport d’engrenage différent donnerait une impression de plus grande précision au maniement du véhicule. Un autre élément à changer est le positionnement des pédales. Le concept actuel a placé la pédale de freins plus proche du siège que la pédale de l’accélérateur, ce qui signifie que lorsque le conducteur passe de la pédale de l’accélérateur au frein, il doit soulever son pied du plancher et le transférer au frein. Ceci est plutôt inhabituel dans un véhicule de performance, où le frein et l’accélérateur sont habituellement situés à égalité sur un même plan, de sorte que le conducteur n’ait pas à lever son pied du point de contact sur le plancher du véhicule. Nous avons été très contents de trouver la boite électronique et le filtre à air sous le capot en avant, mais le dessin du couvercle de la boite ne devrait pas comporter une bordure surélevée qui retient la boue et l’eau sur le dessus, d’où elles peuvent faire leur chemin vers le centre électronique.

L’ÉVOLUTION du RHINO

Il y a peu de choses à critiquer. Le 2008 Yamaha Rhino 700 roule de façon excellente, il est doté de bonnes capacités de travail, il est très fiable et est tout simplement un plaisir à conduire. L’addition du système électronique à injection d’essence a amélioré ses capacités par temps froid et tous les autres changements apportés par Yamaha ont contribué à améliorer le tout. Il y a peu de terrains qu’il ne peut conquérir et nous en voulons toujours un dans le garage !

- Publicité -
Alain Assadhttps://lemondeduvtt-quadnet.raven-media.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Découvrez d'autres articles

connexes

SOYEZ TOUJOURS INFORMÉS!Abonnez-vous à notre liste de diffusion et recevez des mises à jour, du contenu exclusif et des offres spéciales!